Loading...

vendredi 23 juillet 2010

new percussion course this fall at the i.r.e.m.school of music with gilles premel concerning afro cuban and afro brasillian and afro peruvian percussion

1 commentaire:

  1. Tambours abakuá (biankomeko). En haut : Les trois enkómo (Exposition des tambours afro-cubain de Milian Galis © Daniel Chatelain
    ET pourtant un détail nous renforce dans notre conviction que les tambours des tonadas sont une réminiscence de quelque cabildo carabalí disparu, et non pas - comme certains ont pu le penser - le résultat d'éventuelles influences abakuá, à Trinidad où n'ont jamais existé de potencias (sociétés) ñáñigas. Ortiz présume, d'après des renseignements qui lui furent rapportés que " les tambours des vieux Carabalí de Cuba étaient semblables à ceux qui furent et sont toujours joués par les Abakuá ou ñáñigos " (1953 : III, 388). Autre argument en faveur de notre opinion sur l'importance des cabildos dans l'origine des tambours des tonadas de Trinidad, l'existence de tambours à coins dans le cabildo Congo auquel nous avons fait référence. Comment expliquer, dans une confrérie qui conservait ses traditions de manière aussi fermée, une influence aussi extérieure et différente comme l'eût été l'assimilation de caractéristiques carabalí au travers des ñáñigos ? Ceci ne peut être qu'un phénomène de transculturation en vertu duquel certains aspects que nous avons identifiés comme étant carabalí, et qui étaient déjà présents à Trinidad, furent assimilés par la confrérie des Congos Reales - le cabildo majeur de cette ville - probablement après qu'aient été assimilées par affinité culturelle les réminiscences de quelque confrérie locale de la "nation carabalí " déjà sur le déclin (2) . De plus, on observe souvent sur les terres américaines une correspondance entre l'utilisation de tambours à coins et certains traits d'origine congo dans la danse ou la fonction rituelle. Au Venezuela par exemple, les danses des Chimbangueleros qui se pratiquent à Zulia et Trujillo en l'honneur de Saint-Benoît sont, selon Liscano, clairement d'origine bantoue, alors même que le système de tension par coins des tambours chimbangueles, ainsi que d'autres caractéristiques, dénotent une origine carabalí. D'un autre côté, au

    Tambours chimbangueles (Vénézuela). Source : http://www.fundalares.com
     

    RépondreSupprimer

bienvenue,cette pages vous est reservé ,profité et aidé nous dans l'instruction et le partage de l'information. merci a tout tout nos amis,amies,musicien et néophites
chercheur de son .

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.